Agir pour défendre les libertés : non à la vidéo-surveillance !  du vendredi 29 février 2008.


 


Récemment, le maire de Dijon François REBSAMEN a proposé l’installation au centre-ville de caméras de vidéo-surveillance.
Cette pratique n’est pas nouvelle, elle est à l’œuvre dans les pays anglo-saxons. Au Royaume-Uni, ce n’est pas moins de 25 millions de caméras qui observent et fichent les citoyens.
L’efficacité de ce système est remise en cause, les études scientifiques (par exemple au Royaume-Uni) ayant prouvé que la vidéo surveillance n’est pas le remède miracle pour lutter contre l’insécurité.

Alors que tout le monde parle de réduire les dépenses publiques, l’installation de ces caméras a un coût important pour la collectivité (550 000 euros).
C’est vrai qu’il s’agit là d’un marché juteux pour le privé.
Mais ce qu’on appelle pudiquement un « marché de la sécurité » est surtout un véritable business de la peur.
Car cette pratique sacrifie souvent prévention et politique de tranquillité publique (comme cela peut être le cas dans les bus) à la seule répression.

Elle constitue une atteinte grave contre nos libertés.

La CNIL elle-même pointe les dangers pour les libertés civiles d’une vidéo surveillance qu’elle ne peut contrôler (engorgée, la CNIL croule sous 3000 dossiers en attente).
Ces caméras ne sont pas installées dans les quartiers où l’insécurité est la plus forte ; elles visent à un contrôle social à l’encontre des hommes et des femmes des quartiers, des militants politiques, que l’on veut voir quitter les centres-villes pour les laisser aux plus riches.
Avec le fichage incontrôlé des citoyens, on assiste à une dérive idéologique prônée par SARKOZY, vers une société du tout sécuritaire, que veut installer François REBSAMEN à Dijon.

A l’heure des municipales et des cantonales, nous pouvons agir pour que nos collectivités locales soient des points de résistance contre cette dérive sécuritaire, à Dijon et en France.

Tennessee GARCIA






Imprimer Imprimer cet article.

 
  © PCF21 - 2004/15 SPIP  
 
non à la loi DADVSI
Parti Communiste Français
de Côte d'Or
3, place Abbé Chanlon
21000 Dijon
Tél.: 03 80 53 11 35
Fax : 03 80 53 11 37