Droits des femmes en danger !  du dimanche 24 février 2008.


 


En ce mois de mars 2008, dont le 8 est la journée internationale pour les droits des femmes, les dijonnaises ont toutes les raisons de refuser les reculs impulsés par la droite en France et en Europe, et d’exiger de nouveaux droits et de meilleures conditions de vie.
Ce sont elles les plus touchées par les temps partiels imposés, la précarité, les inégalités salariales, les petites retraites, la pauvreté, le mal-logement et toutes les formes d’expulsions.

Le gouvernement Sarkozy-Fillon prétend réduire les inégalités salariales entre femmes et hommes d’ici 2010, mais les patrons du CAC 40 ne veulent pas entendre parler de hausse de salaires (sauf pour eux : leurs revenus ont augmenté de 40% en 2007 !!).
Au même moment, le Président de la République n’accorde qu’une prime de 200€ aux personnes percevant le minimum vieillesse.
Autres sources d’inquiétudes : la remise en question de la laïcité par le Président de la République, et l’arrêté de la Cour de cassation (reconnaissance par l’Etat civil d’un fœtus mort), ouvrant la voie à la remise en cause de la légalité de l’IVG en France, comme c’est le cas dans d’autres pays d’Europe.
Rien n’est acquis : nous devons porter à Dijon comme ailleurs nos exigences de nouveaux droits pour les femmes, et donc pour tous. C’est dans ce sens que nous pouvons soutenir la loi-cadre contre toutes les violences faites aux femmes, proposée par les députés communistes.

Pétition : pour une loi-cadre contre les violences faites aux femmes - ici -






Imprimer Imprimer cet article.

 
  © PCF21 - 2004/15 SPIP  
 
non à la loi DADVSI
Parti Communiste Français
de Côte d'Or
3, place Abbé Chanlon
21000 Dijon
Tél.: 03 80 53 11 35
Fax : 03 80 53 11 37