article dans Dijon-Notre-Ville d’octobre 2007  du lundi 19 novembre 2007.


 


Dans le « Vivre ensemble », il y a le droit à la « tranquillité publique » et à Dijon, l’équipe municipale de gauche s’y est fortement engagée depuis 2001, avec plusieurs réalisations et dispositifs : la médiation sociale, la propreté, le service Allo Mairie et les actions de prévention et de citoyenneté... Mais autre chose est de s’engager dans l’installation de caméras de surveillance dans les rues du centre ville de Dijon. Le nouveau président de la République, admiratif des pays tel le Royaume-Uni (25 millions de caméras) veut un plan de grande ampleur d’installations de cameras dans toute la France et là, il dégage quelques moyens financiers (430 000 euros pour la Côte d’Or). Dans le même temps, il décide de supprimer 22 000 postes de fonctionnaires (y compris dans les services de prévention, dans l’éducation nationale) et veut continuer d’étrangler financièrement les communes. Aussi, à Dijon, élus et citoyens, soyons vigilants et sans illusions :
-  des études (au Royaume Uni) montrent que la vidéo-surveillance ne résout pas tout.
-   la course « au bien être sécuritaire » (tous surveillés, tous fichés ?) ne fait elle pas reculer les libertés ?
-   La CNIL elle-même pointe les dangers d’une société de surveillance alors qu’elle n’a pas les moyens d’être un contre-pouvoir (peu d’effectifs, avec 3 000 dossiers en attente)

Aussi, vouloir dissuader les actes délictueux à Dijon, et répondre aux demandes de protection des personnes comme dans les bus (en premier) et de sécurité des biens (en deuxième) est certes, indispensable, mais avec le respect des libertés individuelles et collectives.

Isabelle De Almeida Conseillère municipale communiste 16 rue Gal Delaborde 21000 Dijon 03.80.72.29.97






Imprimer Imprimer cet article.

 
  © PCF21 - 2004/15 SPIP  
 
non à la loi DADVSI
Parti Communiste Français
de Côte d'Or
3, place Abbé Chanlon
21000 Dijon
Tél.: 03 80 53 11 35
Fax : 03 80 53 11 37