1000 rencontres pour un plan d’urgence sociale  du vendredi 11 août 2006.


 


Ca suffit !

Pour une grande majorité de Françaises et de Français, la vie est chaque jour plus difficile.

Pour des millions d’entre nous, les vacances, cet été, resteront encore de l’ordre du rêve.

Les salaires tellement bas qu’ils rendent les fins de mois impossibles, le chômage, toujours aussi présent, ces délocalisations, faites sous les ordres d’actionnaires et de PDG toujours plus riches, ce mal-logement, généralisé partout dans le pays, cette insécurité, toujours aussi forte malgré les discours de Nicolas Sarkozy, jusqu’à ces enfants de sans-papiers que l’on expulse de notre pays de façon inhumaine.

Comme d’habitude, ce sont toujours les mêmes qui font les frais de la politique de la droite ! Et ce sont toujours les mêmes qui en profi tent. Monsieur Zacharias, parti avec plus de 200 millions d’euros de la direction de Vinci, n’a lui rien à redire à la politique du gouvernement ! Et comme d’habitude, les mauvais coups vont continuer durant l’été : 8 500 postes de professeurs en moins dans les écoles, le projet de privatisation de GDF et donc d’augmentation des tarifs du gaz, des médicaments déremboursés, etc. L’été devrait être pour chacune et chacun d’entre nous un moment de détente et de rêve. Pour beaucoup, cette période ne rime qu’avec les diffi cultés, les inquiétudes, et toujours les mêmes souff rances. Cette situation ne peut plus durer : il y a bien urgence sociale !

Tout de suite : un plan d’urgence sociale !

Il faut une autre politique. En se rassemblant, les forces anti-libérales doivent permettre à la gauche de proposer en 2007 un projet nouveau, apportant de vraies réponses aux problèmes que nous vivons au quotidien. Mais il y a trop de souff rances dans ce pays, trop de besoins insatisfaits, trop de promesses non tenues. Pas question d’attendre. Dès à présent, les communistes avancent des propositions de mesures immédiates. Pour commencer à changer vraiment la vie.

Ils organisent durant l’été mille rencontres pour en parler avec vous.

Marie-George Buffet




Document(s) joint(s) :


1000 rencontres pour un plan d’urgence sociale
225.7 ko


Imprimer Imprimer cet article.

 
  © PCF21 - 2004/15 SPIP  
 
non à la loi DADVSI
Parti Communiste Français
de Côte d'Or
3, place Abbé Chanlon
21000 Dijon
Tél.: 03 80 53 11 35
Fax : 03 80 53 11 37