Déclaration de Sylviane Flament, pour le groupe communiste de Dijon  du samedi 29 juillet 2006.

dans "Dijon notre ville - n° 179 - mars 2006"
 


Le groupe communiste de Dijon s’est exprimé sur l’école et la rentrée 2006 lors du conseil municipal du 30 janvier. Ce n’est pas la logique comptable en soi, qui est à l’origine des fermetures mais son application dans une enveloppe budgétaire manifestement insuffisante ce qui, à Dijon, ne permet pas d’assurer les engagements pris l’an drnier pour soutenir la scolarité des enfants du voyage, (fermeture prévue sur Mansart).

Ces fermetures de classes sont avant tout la conséquence d’une volonté du gouvernement de réduire les finalités de l’école pour l’assujetir à une société de plus en plus i,négalitaire. Que valent les déclarations sur l’égalité des chances et la réussite scolaire quand dans le même temps on réduit des contenus, qu’on intervient directement sur les programmes, que l’on met des enfants de 14 ans en apprentissage, que l’on réduit les moyens de la plupart des ZEP.

Pour assurer l’égalité des droits à l’éducation, donner des chances de réussite - quelque soit la condition sociale - concrétiser la devise républicaine, il faut en faire une priorité et y mettre réellement les moyens, l’avenir est à ce prix.

Nous résistons et nous souhaitons que le Conseil municipal mette en oeuvre les mêmes capacités d’accueil des classes de primaires et de maternelles et les besoins éventuels d’ouvertures de classes à partir de ces mêmes références qui nous servent aujourd’hui à rejeter les 8 projets de fermetures.

Concernant la fermeture du Collège Epirey, nous nous inquiètons du déficit d’informations de l’accompagnement des familles et des élèves sur les nouveaux sites, accueil et transports des enfants notamment.






Imprimer Imprimer cet article.

 
  © PCF21 - 2004/15 SPIP  
 
non à la loi DADVSI
Parti Communiste Français
de Côte d'Or
3, place Abbé Chanlon
21000 Dijon
Tél.: 03 80 53 11 35
Fax : 03 80 53 11 37