Pour l’École, pour les enfants et les jeunes, empêchons Sarkozy de nuire !  du lundi 24 janvier 2011.


 


La suppression de 16 000 postes d’enseignants en 2011 se traduirait en Bourgogne par 125 suppressions dans les écoles et 186 dans les collèges et lycées, où d’ailleurs le nombre d’élèves attendus augmente (+312). Les personnels administratifs sont également touchés par 24 suppressions dans notre académie. Le gouvernement Fillon et ses soutiens parlementaires entendent poursuivre leurs basses oeuvres de sape qui ont déjà fait disparaitre 66400 postes depuis 2007 ; en Bourgogne sur cette même période, le second degré a accueilli 488 élèves en plus, avec 255 professeurs en moins : ainsi, la justification de ces coupes claires par la démographie est un pur mensonge. Dans le même temps, ils donnent toujours plus à l’enseignement privé, allant jusqu’à obliger les municipalités à financer les écoles privées d’autres communes si des familles choisissent d’aller y inscrire leurs enfants Cette forte baisse (-8 %) du nombre d’enseignants aurait évidemment des conséquences négatives sur les conditions d’étude des élèves (augmentation des effectifs par classe). Elle va de pair avec des décisions extrêmement graves contre la formation des maîtres, contre l’école maternelle, contre la prise en charge des élèves en difficultés. Au lieu de lutter contre les inégalités, la politique du pouvoir les renforce en poursuivant la mise en place d’une école à plusieurs vitesses, une école du tri social et en organisant même un fichage à vie des élèves dès le plus jeune âge, avec le « livret personnel de compétences ». En imposant à l’École l’austérité, N. Sarkozy et la droite attaquent en fait l’ensemble de la société en barrant l’avenir d’un grand nombre de jeunes, en aggravant les difficultés vécues dans des quartiers déjà abandonnés, en minant la cohésion sociale. C’est l’ensemble de la société qui devra en payer le coût global exorbitant si elle ne les arrête pas. Attachées à une tout autre politique, au maintien et à l’amélioration du service public laïque d’éducation pour la réussite et l’émancipation de tous les jeunes, les organisations soussignées les défendront lors des élections cantonales de mars 2011 et dès maintenant appellent à participer à la mobilisation nationale unitaire contre les suppressions de postes, impulsée par le collectif « L’éducation est notre avenir ». À DIJON,RASSEMBLEMENT SAMEDI 22 JANVIER À 11 HEURES PLACE DARCY.






Imprimer Imprimer cet article.

 
  © PCF21 - 2004/15 SPIP  
 
non à la loi DADVSI
Parti Communiste Français
de Côte d'Or
3, place Abbé Chanlon
21000 Dijon
Tél.: 03 80 53 11 35
Fax : 03 80 53 11 37